Taille de pierre – Escaliers – Sculpture – Stages

La sculpture animalière

Pour moi la sculpture est avant tout une recherche personnelle, issue d’un irrésistible besoin de faire naître des formes, de transmuter une idée en volume, objet concret.

Il est clair que la maîtrise de la taille de pierre permet d’aborder la sculpture avec moins de difficultés, et donc d’essayer  » d’aller le plus loin », de pousser ses limites.

La curiosité est aussi  la raison de la variété des sujets.

okaBustes académiques, les nus, la sculpture animalière, chevaux, vaches, gibier, félins ont en commun la passion de l’anatomie, base de la réussite d’un sujet, indispensable à la compréhension de l’équilibre et du mouvement d’un sujet quel qu’il soit.

Comprendre d’abord le fonctionnement des choses de la nature, s’en imprégner, puis le faire oublier est la meilleure des recettes: celle enseignée par les grands maîtres.

L’absence de culture n’engendre que l’absence d’idée, et sans idée la chose artistique n’existe pas, à mon sens.

Les chevaux pour la plupart sont réalisés en bronze et coulés à 12 exemplaires numérotés. Les modèles sont réalisés en cire. A partir de ce modèle j’exécute un moule en élastomère, dans lequel je peux couler une série de 12 modèles pour la fonderie. En fonderie les bronzes sont coulés avec la méthode de la cire perdue, puis finis ciselés patinés et soclés.

Le thème cheval et animalier représente une collection de plus de 50 modèles.

Souvent j’aime proposer des pièces uniques, c’est à dire que le modelage original est coulé, ce que l’on nomme « une cire directe ». Cette solution présente aussi le risque de perdre le modèle en raison d’un problème de fonderie toujours possible.